Tout d’abord, en réponse à l’intervention de M. Lebeau, remarquons que, contrairement à ce que je déplorais lors de l’ancienne mandature, ici, une commission du budget a bien été organisée et les échevins concernés y étaient présents. D’autre part, une politique à long terme est bien mise en place par la majorité : le PST prévoit et détaille des objectifs stratégiques et opérationnels, des actions concrètes, leurs timings et leurs budgets. Ce PST est le résultat d’un travail conjoint des conseillers et mandataires de la majorité et des acteurs de l’administration communale.

Notre analyse du budget par rapport à notre programme et à la Déclaration de politique communale.

 

En ce qui concerne le budget ordinaire, cela a été souligné, malgré une augmentation importante des dépenses de transfert, la part des dépenses consacrée au personnel reste inchangée, or, maintenir l’emploi est une de nos priorités.  Le budget du CPAS est majoré de 100 000 euros, ce qui rencontre notre détermination à maintenir la protection sociale pour les plus faibles d’entre nous.

C’est évidemment au niveau du budget extraordinaire que se marque d’avantage les orientations politiques d’une équipe au pouvoir dans une commune. Tout d’abord rappelons qu’il s’agit bien de la politique d’une équipe dont le but est de gérer au mieux l’ensemble des dossiers dont la commune a la charge. Nous n’avons pas un « échevinat de l’écologie ». Comme annoncé dans la DPC, la préoccupation pour l’écologie traverse l’ensemble des actions.

Et c’est bien le cas.  Citons par exemple :

Des investissements en matière

  • d’économies d’énergie :

Des budgets importants pour les protections solaires et la ventilation dans les bâtiments scolaires (24.000 €), l’amélioration du système de chauffage salle de spectacle à Soumagne-bas (6.200 €), le relighting du hall omnisport, (1.500 €), des stores et l’isolation de la MCAE (17.000 €).
Et aussi (à l’ordinaire) l’octroi de primes pour réaliser des audits énergétiques de logements (10.000 €) et 2500 € pour une sensibilisation de la population aux économies d’énergie.

  • de mobilité :

Aménagement du parking de covoiturage (100000 €)
Actualisation du PICM (45 000 €)
Mobilité douce : Réfection et sécurisation de voieries et trottoirs et aussi l’entretien et la promotion des sentiers de promenades dont l’inauguration d’une nouvelle balade.

  • d’aménagement du territoire :

Egouttage et plan anti inondations 50000€
Schéma de Développement Communal : 270 000 € gros projet pour une urbanisation cohérente et raisonnée sur l’ensemble du territoire.
Dont 40 000 € seront dédiés à la participation

  • d’urbanisme :

Rappelons, même si il ne s’agit pas directement de chiffres, les critères Habitats durables sont adoptés par la CCATM pour l’examen des dossiers de demandes de permis.

Mais évidemment, nous aimerions bien que tout cela aille plus vite, nous déplorons la lenteur due à la complexité des démarches pour faire progresser des dossiers, lenteur due aussi à des priorités budgétaires imposées par l’héritage du passé (cf. pollution Pce de la Gare) qui continuent à grever le budget.
Certaines contraintes sont difficiles à contourner (cf. la largeur des routes communales n’autorise pas les pistes cyclables), certaines décisions nous échappent comme la gestion des routes régionales ou celle des transports en commun.
Les choses progressent mais on apprend la patience.

Ce que montre toutefois ce budget, c’est la cohérence de l’équipe au pouvoir dont les membres ne « tirent pas la couverture » à eux mais acceptent de travailler ensemble pour le bien des citoyens, sans vouloir à tout prix privilégier leur seul point de vue.

 

Pour le groupe Ecolo
Anne-Catherine Martin

Share This