Conférence de presse ECOLO plus – 25 juin 2015

Le projet du Central Piazza : un centre commercial de plus ?

Publié le jeudi 25 juin 2015

Initialement lancé en 2008, le projet de complexe commercial Central Piazza, prévu sur la friche des Bétons Mosans à Micheroux, a, on le sait, déjà suscité par le passé de nombreuses levées de boucliers de la part des acteurs locaux. Philippe Henry, ministre wallon de l’aménagement du territoire sous la précédente législature avait bloqué le projet au vu du vice de procédure concernant la construction du rond-point d’accès à la nationale 3. Le promoteur avait introduit un recours au conseil d’Etat en vain. Le promoteur (SA Property & Advice) et le bourgmestre ont décidé de relancer au forceps le projet en le modifiant à la marge. L’enquête publique sur le projet Central Piazza est en cours et s’achève ce 30 juin : L’occasion pour la locale Ecolo de Soumagne et la Régionale Ecolo de Liège de lancer un appel critique pour éviter un nouveau spot de spéculation immobilière sans valeur ajoutée et sans cohérence économique au détriment du petit-commerce et des habitants sur un arrondissement durement touché par la crise.

Trois constats guident nos craintes et notre appel :

1. Un projet à haut risque pour le maintien du tissu commercial local

Le projet soumis à l’enquête publique prévoit 30 commerces « moyennes surfaces » sur 30.000 mètres carré et plus de 900 places de parking. Rappelons que le Central Piazza avait obtenu un permis socio-économique en 2009, sur base des réalités d’alors. Depuis, le contexte a changé : crise économique, finalisation de la Médiacité, agrandissement de la zone commerciale de Herstal, projet Crescend’Eau à Verviers...

Le risque d’étouffement des commerces de Soumagne et des communes limitrophes est grand. L’implantation Central Piazza telle que prévue :

Va nuire très fortement au commerce local, que ce soit aux petits commerces comme les salons de coiffure, les magasins de fleurs, de journaux, de chaussures, les parfumeries... — Va mettre en difficulté les moyennes surfaces déjà présentes sur la localité et appréciées des habitants. — Va créer une mise en concurrence avec les noyaux commerciaux de Herve, Fléron et de l’est liégeois dans une dynamique perdant-perdant.

De surcroît peu d’emplois seront créés : Il s’agira ici surtout d’un transfert d’emplois. L’agglomération liégeoise ne peut se permettre de laisser le champ libre à des investisseurs privés toujours plus soucieux de rentabilité immédiate, au détriment de stratégies de développement portées au départ de noyaux commerciaux existants.

2. Un projet qui ne prend pas en compte les besoins et la qualité de vie des habitants

Cette friche importante située dans le centre de la Commune et le long d’une nationale mérite un projet de qualité. Pour nous, un tel projet devrait offrir des garanties sur l’ajustement au lieu, à sa géographie et à son usage par les habitants, des services et commerces capables de s’enraciner dans le quartier en bonne entente avec les activités existantes. Or, dans le projet présenté nous constatons l’absence de vision en termes d’incidences sociales et économiques sur Soumagne-Haut et sur les communes de l’axe de la N3 : nous redécouvrons un projet centré uniquement sur la vente alors qu’il s’agit d’une zone d’activité économique mixte qui nécessiterait d’inclure aussi des services, de l’artisanat, voire du logement.

Nous nous posons par ailleurs également la question des effets de non rencontre de l’offre et de la demande dans une période difficile où les salaires ne suivent pas la courbe ascendante de la construction galopante de centres commerciaux, et où la promotion sans limite de la consommation (et des crédits à la consommation) qui y est pratiquée conduit à une augmentation significative de l’endettement des ménages.

3. Un projet qui ne donne aucune garantie en termes de sécurité et de limitations des nuisances

Troisième sujet d’inquiétude, l’absence de vision en termes de gestion de la mobilité et l’accroissement des risques de sécurité sur un espace déjà peu accueillant. Si la perspective de création d’un parking monstre (dont l’emprise touche une grande partie du site) enchante certainement le promoteur, il en ira tout autrement pour les habitants, les automobilistes et usagers des transports publics. Car les problèmes de mobilité déjà présents sur la N3 seront accentués, avec de nombreuses conséquences :

Augmentation de la pression automobile aux sorties du centre commercial prévues sur la N3, la rue de Heuseux et le parking du centre sportif, la place de la Gare sera traversée par un flux de voitures ;

Mise en danger des usagers faibles aux carrefours de la Chapelle et du Patria dont le trafic est déjà sursaturé (notons que ces carrefours n’ont pas été prévus pour une nouvelle augmentation du trafic automobile) ;

Multiplication des bouchons sur la N3, déjà saturée aux heures de pointe et par conséquent, la galère pour toutes et tous en entrée d’agglomération  : Il faudra bientôt plus de temps pour traverser Soumagne que Fléron ! Les risques de bouchons seront réels à Soumagne-Bas, les automobilistes cherchant une voie de "délestage".

4. Nos points d’attention

Si nous considérons que la fonction proposée telle que présentée est inadaptée et risquée, nous souhaitons avant tout qu’une réelle vision soit travaillée pour valoriser le site en friche des Bétons Mosans et que celui-ci prenne vie au bénéfice de tous. Nous plaidons en ce sens pour que l’expression du projet proposé soit profondément revue, pour dégager plusieurs fonctions pour le site :

  • des logements adaptés à tous les âges de la vie.
  • des petits commerces de proximité.
  • des services, de l’artisanat...
  • des lieux de convivialité sécurisés .
  • des accès faciles pour les piétons et les cyclistes vers le centre sportif, la place de la Gare, la ligne 38 et les centres commerciaux existants.

Nous avons en ce sens informé et sensibilisé les habitants de Soumagne-Haut, particulièrement concernés. Un tract auquel était joint un modèle de lettre à envoyer à l’administration communale dans le cadre de l’enquête publique ont été distribués dans les boîtes aux lettres des riverains et sur le parking du centre commercial existant, centre commercial lui-même menacé par le projet du Central Piazza. Suite à cette sensibilisation, de nombreuses lettres contre le projet sont parvenues à la Commune.

Au-delà du fait de tirer la sonnette d’alarme sur ce projet, nous pointons la nécessité de développer une stratégie commerciale à l’échelle de l’agglomération liégeoise, tenant compte des besoins et disparités entre les communes mais également de mesures pour soutenir le commerce de détail et de proximité dans les quartiers. Il est vraiment temps de réinventer le commerce et de garantir un cadre de vie crédible pour les habitants plutôt que de risquer de produire des centres commerciaux désertés et retournant en jachère à peine inaugurés, phénomène de plus en plus observable à l’étranger. Notre député, Philippe Henry, questionnera en ce sens les Ministres compétents à la Région.

Contact :

Anne-Catherine Martin : Conseillère communale à Soumagne.

annec.martin@gmail.com.

0477/88.47.69.

A télécharger

Texte conférence de presse du 25 juin 2015
Document PDF - 41.9 ko - ouvrir document